05 mai 2008

You are a fugitive but you don't know what you're running away from...

Je ne sais quel crime j'ai bien pu commettre pour en arriver à fuir ma propre vie, mon soi-disant destin tout tracé ainsi que les êtres qui m'accompagnent. La crainte de mon prédateur le plus perfide, à savoir cette notion qui nous fait vivre, évoluer et mourir n'y est certainement pas innocente. Le temps nous fait et nous défait sans qu'on ne s'en rende compte au jour le jour...demain, hier et aujourd'hui ont pour moi tous la même saveur, une saveur indicible à la fois amer et sucrée mais tellement habituelle que le goût ne semble plus.

Je tente de me dépétrer de cette routine en fuyant d'un traître pas, en laissant tomber certaines âmes adorées qui n'ont pas le même rythme. Mais fuir où ? Pourquoi ? Serais-je le seul être sur cette terre capable de défier notre ennemi commun ? Evidemment que non, mais je ne veux pas d'un destin écrit à l'avance, je veux pouvoir écrire mon propre scénario, celui de mes rêves. De même que je ne veux pas vivre au crochet des gens. On m'a toujours décrit comme "sauvage", j'ai beau le nier, ils ont pourtant raison. L'amour me rend amer, comme un légume qu'un enfant refuserais de manger parce qu'il lui paraît hostile à première vue.

Les amoureux transits; parfois transitoires me font sourire, j'éprouve du bonheur pour eux mais serais-je capable d'être dompter par ce sentiment ?
J'en viens à me demander s'il est possible que l'on puisse être amoureux d'une personne comme moi...Le mariage, les enfants, la vie de famille, tout cela est semblable à un conte de fée réservé à autrui. Je ne suis pas faites pour ça...du moins je ne pense pas que ce soit cela qui me rende véritablement heureuse. Je suis immature, je veux croire que je pourrais réaliser ce dont gosse je rêvais, après tout, où est le mal ?

Photo_044i

Le mal il est dans le fait que je suis déjà ailleurs dans mon esprit et pourtant bien parmis mes proches physiquement, c'est un reproche qu'on me fait souvent.
Je ne sais pas où je dois aller, j'empreinte certainement le mauvais chemin mais
je me dis qu'il n'y a pas forcément un seul chemin ou qu'il n'y a tout simplement pas de route à suivre. On erre tous à droite à gauche, en haut, en bas. Puis on rencontre des gens que l'on accompagne là-bas, d'autres qui préfèrent nous semer, on se courre après, se marche dessus, s'enlace, tourne dans une valse incessante...jusqu'au jour où on cogne le mur, serait-ce le début de la fin ?

Au final ça me fait le même effet que lorsque je m'aventure seule dans les rues de Lille, en sortant du métro il m'arrive de ne pas savoir à l'avance où je vais pouvoir traîner alors j'empreinte une rue connue puis peu à peu je m'esquinte les pieds à errer à travers la ville dans des endroits encore étrangers...
je trace à une allure folle devant les gens, les fuis du regard comme si je savais très bien où j'allais pour me retrouver, quelques heures plus tard, au point de départ. Il est temps de partir.
A chaque fois que je rentre chez moi un sentiment de déception s'installe, je ne fais que passer le temps...grave erreur pour quelqu'un qui pense pouvoir l'utiliser à bon escient.

Je comprend pourquoi je ne pense qu'à m'évader, je me cherche encore.
Histoire d'une complexité humaine.

Posté par Wisteria à 02:17 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur You are a fugitive but you don't know what you're running away from...

    =)

    Merci beaucoup pour ce beau commentaire .. =)

    Posté par Feerique, 06 mai 2008 à 19:02 | | Répondre
  • Je te rassure, je me cherche encore aussi.
    Errer sans but, faire des choses sans savoir pourquoi...et tuer le temps avant qu'il ne me tue (c'est pas gagné, je sais, lool)

    bizz

    Posté par Dawn, 06 mai 2008 à 20:14 | | Répondre
  • :D

    J'adore ta façon d'écrire et moi aussi je me cherche .
    Bisous .

    Posté par Nacrée, 07 mai 2008 à 12:35 | | Répondre
  • J'aime beaucoup ta manière un peu théâtrale de décrire tes doutes, comment dire, je vois bien ce questionnement en monologue sur une scène de théâtre.

    Amen.

    Posté par Arthemesia, 08 mai 2008 à 20:49 | | Répondre
  • Tu ecris vraiment tres bien. J'ai hate de lire d'autres articles.

    Posté par Andrea7, 10 mai 2008 à 11:25 | | Répondre
  • Un article qui me parle tellement oO c'est fou!!

    On me dit souvent que je suis ailleurs, dans la "lune"... parce que j'aimerais savoir ce que je peux faire pour échapper de l'ennui et aussi de la peur... La peur du noir ... Bref, j'aime aussi beaucoup ta déco et le style de tes photos

    See you <3

    Posté par Little Red Girl, 13 mai 2008 à 00:14 | | Répondre
Nouveau commentaire